Septoriose (septoria nodorum)

Historique


Les septorioses sont les maladies foliaires du blé les plus fréquentes. Deux parasites cryptogamiques principaux sont à l'origine de ces maladies. En France, elles peuvent être présentes sur le territoire. Elles se situent préférentiellement dans la moitié sud et dans l'est.

Symptômes


Sur feuilles : Le symptôme typique de septoria nodorum est une tâche ovle brune. Elle peut être plus ou moins auréolée d'une chlorose ou jaunissement périphérique. La nécrose présente une pigmentation importante qui la teinte en brun roux assez prononcé. Aprés quelques temps, des fructifications se forment sur ces tissus morts et sont visibles sous formes de petites boules soulevant légérement l'épiderme. Ces pycnides, sont difficilement visibles à l'oeil nu et ont l'aspect de petits points bruns. Après une pluie, il n'est pas rare de voir sortir de ces pycnides, une gelée rose sous forme de tortillons aui contient des spores. Cette couleur rose des cirrhes est très importante car elle permet de distinguerseptoria nodorum de septoria tritici. Sur épis :

  • La maladie affeste plus particulièrement la partie supérieure des glumes sous formes d'une nécrose à coloration.
  • Les barbes peuvent être atteintes ou bien se dessécher par manque d'eau.
  • Les grains atteints présentent des colorations brunes ou des symptômes d'échaudage.
  • Les grains infectés rémitièront la maladie au semis. 
  • Le mycélium se conserve dans les enveloppes des grains.

Biologie


Phase asexuée: C'est pendant cette phase que s'enchaînent les cycles végétatifs à pycnidiospores conduisant à envahir progressivement l'ensemble de la plante. Phase sexuée : C'est sur les feuilles desséchées par la maladie que le champignon pathogène va continuer son évolution. Il va effectuer sa phase sexuée. Les fructifications qui en sont issues ou " périthèces " peuvent être visibles dès le mois de juillet (mais surtout à l'automne). Les ascospores sont libérées fin automne et souvent au printemps. Elles jouent un rôle mal connu dans l'installation de la maladie.

Condition favorable


Dissémination : Après une période de sécheresse ; l'évolution de l'humidité relative vers la saturation permet l'exudation à partir des pycnides (roses) constitués de spores (45 minutes par exudation avec une atmosphère en saturation ou 10 minutes avec de la pluie). Ce phénomène peut se renouveler environs 8 fois. Les cirrhes sont véhiculés sur les étalages supérieures du blé selon l'intensité de la pluie.

Aprés la pluie les pycnidiospores ont besoin d'humidité pour germer et pénétrer dans la plante pour germer, il faut une humidité relative d'environs 98% au niveau de la feuille, mais l'eau liquide améliore la germination et la pénétration. La température doit être comprise entre 5°C et 37 °C l'optimum se trouve entre 20°C et 25°C.

En France les contaminations sont réussies pour une température comprise entre 5°C et 10°CC si après la pluie il n'y a pas d'ensoleillement et que l'humidité reste relative, reste supérieure à 85% pendant au moins 12 heures. Une période pluvieuse et humide d'une journée à 8°C - 20°C à l'épiaison correspond à une grave attaque sur les épis. L'éclairement joue un rôle dans la sporulation, notamment le rayonnement des U.V, qui lui est nécessaire.

Sensibilité


Toutes les variétés sont sensibles aux septorioses.

 
Distribution de produits phytopharmaceutiques à des utilisateurs professionnels et non professionnels.