Rouille Brune (Puccinia recondita)

Historique


En France cette maladie est localisée essentiellement dans le sud où se elle développe parfois très précocement bien que l'évolution épidermique se situe autour de l'épiaison.

Symptômes


Les pustules (ou sores) de rouille brune recouvrent uniformément la limbe de la feuille. Les épis, les barbes sont afféctés.Selon l'intensité de la maladie les feuilles sont plus ou moins recouvertes de pustules. La maladie préfére la face supérieure de la feuille.Les pustules déchirent l'épiderme de la feuille et laissent échapper une poudre brunes qui sont des spores rondes et légéres facilement transportées par le vent.Selon le climat ou résistance variétale, des auréoles chlorotiques peuvent apparaître autour des pustules. A l'inverse, des nécroses brunes peuvent entourer les pustules et les rendre invisibles (ne pas confondre rouille brune et septoriose).En fin d'attaque, on voit apparaître des pustules noires qui ne s'ouvrent pas et qui remplacent les pustules brunes. Ce sont les téleutores (phase sexuée).

Biologie


Propagation et évolution de la maladie : (sous lequel se trouve la forme asexuée) Préparation de l'inoculum d'automne. Les urédospores sont dispersées par le vent aprés la moisson, mais elles ne trouvent plus de blé pour se développer.La rouille va se développer sur des adventices (plantes hôtes) (agropyrum, loluim, festuca...). Elles servent donc de relais à la rouille brune pour ensuite se mettre sur les repousses.Evolution à partir de l'automne :La rouille va reprendre sa place sur son hôte préférentiel (le blé) grâce à ses spores qui sont résistantes aux U.V et trés légères donc facilement véhiculées par le vent. Cette contamination ne touchera qu'une infime quantité de plante.Si la température est suffisamment élevé, un monocycle à urédospores peut avoir lieu pendant l'automne, multiplication d'inoculum, donc une nouvelle contamination.Le mycélium est ralenti par le froid (hiver). Avec le réchauffement des températures du printemps, l'activité du mycélium reprend, les monocycles s'enchaînent en une phase épidermique.Phase sexuée :Lorsque les conditions sont défavorables, on voit apparaître parmi les pustules brunes, des pustules noires, qui restent fermées (les téleutospores). La maladie quitte la succession des monocycles végétatifs à urédospores pour initier une phase de reprodustion sexuée.Les téleutospores passent l'hiver sur les débris de feuilles puis produiront au printemps des basidospores qui infesteront les renonculacées. Aprés la phase sexuée sur ces hôtes intermédiaires, sont produites des écidiospores qui vont attaquer le blé.

Condition favorable


Les facteurs climatiques sont très importants:

  • La dissémination est réalisée par le vent.
  • En période séche, les spores restent viables environs 10 jours, délai qui s'allonge jusqu'à 45 jours, quand la température est de 5°C.
  • L'eau liquide permet la germination des spores.
  • Les variétés jouent un grand rôle dans le développement de la maladie.
  • Les cultures intensives permettent un développement de la maladie.
  • Les semis précoces conduisent à une plus forte production de biomasse.
  • Ils permettent aussi à l'automne la réalisation 1 à 2 cycles supplémentaires (par rapport à des semis tardifs) qui assurent la multiplication de l'inoculum.

Sensibilité


Très sensibles:

  • Or jaune
  • Auroc 
  • Exeldur

Sensibles :

  • Arstar
  • Garcia
  • Aramon

Tolérantes :

  • Ardente
  • Durango
  • Acalou 
  • Arcalis
  • Néfer
 
Distribution de produits phytopharmaceutiques à des utilisateurs professionnels et non professionnels.